PARC DES PORTES DE PARIS
La rue capable

Lieu : Parc des Portes de Paris, Aubervilliers
Date : 2018 concours – équipe finaliste
Programme : Imaginer une rue couverte multifonctions au cœur du parc d’activités
Équipe : Atelier Pampa (architecte d’intérieur), Atelier Berger Milà (architecte), The Street Society (programmation innovante et évolutive), Paul Emilieu (design numérique).
Surface : 1,5 ha
Maître d’ouvrage : ICADE

Notre équipe pluridisciplinaire composée d’une urbaniste, de deux architectes, deux architectes
d’intérieur-designers et d’un historien de l’architecture et de la ville, propose un projet résolument
destiné aux usagers et se déclinant en trois volets :

1. une analyse du cadre existant et de la situation héritée ainsi qu’une proposition
d’optimisation d’un espace architectural et urbain en mutation,
2. un dispositif architectural modulable, adaptable et adapté,
3. une programmation de services, innovante et évolutive, productrice de données
exploitables.

La rue capable est une rue appropriée à et par ses usagers grâce à une couverture qui
unie et réunie l’avenue des Magasins Généraux et la rue des Fillettes à l’échelle de la ville. Elle
connecte, non seulement les équipements et services existants, mais encore neuf Cap’s formant
une matrice de services adaptables. La rue capable est une rue vivante et habitée, c’est un
théâtre d’événements. Enfin, c’est une rue innovante et apprenante en ce qu’elle permet de
collecter des données et donc des connaissances, sur les usages et les usagers. D’un côté, dans une
logique d’autodiagnostic permanent et adaptatif. De l’autre côté, dans une démarche d’échange
des données et d’expériences, en réseau, avec d’autres sites dans une situation urbaine similaire.
Ou encore, dans une collaboration et un échange avec des organismes et institutions de recherche
qui abordent aussi ces sujets qui sont aujourd’hui des thématiques primordiales de la ville
contemporaine.

Pensée comme un outil de services et de sociabilité, cette rue couverte s’inscrit dans l’existant de
manière légère et minimale, avec une matérialité simple, élégante et polie, une sorte
d’architecture invisible dont la complexité réside toute entière dans la diversité des usages et des
services. L’intervention architecturale se glisse dans le contexte et en transcende les ambiances
grâce à des structures pour partie issue du réemploi des matériaux de démolition des bâtiments
existants. Elle exprime et concrétise l’idée d’un patrimoine immobilier et industriel inscrit dans un
cycle permanent de renouvellement.